Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 17:25
Banyuls-sur-Mer (catalan : Banyuls de la Marenda)

Ses habitants sont appelés les Banyulencs.
Banyuls est une ville côtière du Roussillon. Elle a pour communes limitrophes : Cerbère au sud, Port-Vendres, Argelès-sur-Mer et Collioure au nord et l'Espagne (province de Gérone) au sud. Elle est très réputée pour sa vigne (voir vin de Banyuls), et accueille un observatoire océanographique.
De façon imagée, on peut dire qu'à Banyuls, le massif des Albères se jette dans la mer, y dessinant un paysage exceptionnel de crêtes et de criques. Banyuls est le point de départ ou d'arrivée du GR 10 et de la HRP qui traversent les Pyrénées jusqu'à Hendaye et l'océan Atlantique.
Dès l'Antiquité, le Col de Banyuls vit sans doute passer une partie des troupes d'Hannibal, peut-être avec les légendaires éléphants (en concurrence avec le col du Perthus).
La première mention écrite de la ville date de 981, sous les deux formes Balneum et Balneola. Dès l'an 1074, apparaît la forme « Bannils de Maritimo », destinée à différencier ce lieu de Banyuls-dels-Aspres. Le terme « Marenda », si particulier, est cité en 1197 (Banullis de Maredine), ou encore en 1674 (Banyuls del Marende), et enfin au XIXe siècle (Banyuls de la Marenda).
Le nom Banyuls renvoie toujours à la présence d'un étang. Il s'agit en l'occurrence de la Bassa, marécage formé par l'embouchure de la rivière Vallauria, qui fut asséché en 1872. Quant au terme Marenda, il n'est pas certain qu'il soit l'équivalent exact de « maritime ». On trouve en effet le même toponyme en France, sous la forme Marennes, dans des lieux où la mer n'est absolument pas présente (par exemple dans l'Isère). Marenda est également fréquent comme nom de famille en Auvergne.
À l'époque de la Révolution, le col de Banyuls joua un rôle essentiel. En 1793, les troupes espagnoles du général Ricardos ont envahi le Roussillon, souvent avec l'appui des populations locales. Mais, au col de Banyuls, elles se heurtent à la résistance farouche des habitants de la ville, qui ne peuvent cependant retarder bien longtemps la défaite des troupes françaises. On a beaucoup glosé sur cette résistance des gens de Banyuls : certains y ont vu une preuve de patriotisme français, d'autres une réaction de contrebandiers dont le passage de la ville sous influence espagnole aurait ruiné tous les intérêts. Il est vrai que la contrebande était une spécialité de Banyuls, au même titre que les anchois pour Collioure. Les pêcheurs de Banyuls ont pendant au moins deux siècles transporté selon les époques du sel, du tabac, des piastres, du sucre, du riz, des draps ou des peaux, le tout dans une impunité presque totale.
La population se composait essentiellement de pêcheurs et de viticulteurs (les deux activités n'étant nullement incompatibles). Peu à peu, la pêche a joué un moins grand rôle, tandis que la viticulture gagnait ses lettres de noblesse. C'est aujourd'hui, avec le tourisme, l'activité principale de Banyuls.
À la fin du XIXe siècle, très exactement en 1882, le célèbre zoophile Henri de Lacaze-Duthiers fonda le laboratoire Arago, dont les activités s'étendent aujourd'hui de l'écosystème marin à l'écosystème terrestre. On peut visiter l'aquarium du laboratoire, qui abrite plus de 250 espèces représentatives de la faune aquatique méditerranéenne.


Site officiel : http://www.banyuls-sur-mer.com/
Lien Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Banyuls-sur-Mer

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Banyuls sur Mer
commenter cet article

commentaires