Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 12:05

La faena de muleta est le travail à pied du matador à l'aide d'un leurre en tissu rouge, la muleta. La faena de muleta prépare le taureau à la mort.

À l’origine, la faena de muleta se limitait à quatre ou cinq passes ; aujourd’hui, le matador qui en ferait si peu déclencherait une énorme bronca. Tout comme celles de capote, les passes de muleta sont innombrables. Les principales sont les suivantes :

    * La « naturelle » (espagnol : natural). La muleta est tenue dans la main gauche, le taureau chargeant depuis la droite du matador.
    * La « passe de poitrine » (espagnol : pase de pecho ou tout simplement pecho). La muleta est tenue dans la main gauche, le taureau chargeant depuis la gauche du matador.
    * Le « derechazo » (mot espagnol signifiant « de la droite »). La muleta est tenue dans la main droite et agrandie à l’aide de l’épée tenue elle aussi dans la main droite, le taureau arrivant de la gauche du matador. C’est donc, en quelque sorte, une « naturelle à l’envers ».
    * La « passe de poitrine de la droite ». De même que le derechazo est une « naturelle à l’envers », la passe de poitrine de la droite est une « passe de poitrine à l’envers ».
    * Les « passes aidées ». La muleta tenue dans la main gauche est soutenue et agrandie à l’aide de l’épée tenue dans la main droite. L’exécution se rapproche de celle de la naturelle ; on peut également faire des passes de poitrine aidées.
    * Plus encore d’autres : la bandera (« drapeau »), le molinete (« moulinet »), l’« orticina » (inventée par Pepe Ortiz), la « manoletina » (attribuée à « Manolete »), etc.

Ce tercio se termine par l’estocade à l’aide de l'épée.

Parfois, après l’estocade, le taureau tarde à s’écrouler. Le matador doit alors descabellar : il plante une épée spéciale (verdugo) entre la base du crâne et le début de la colonne vertébrale, au même endroit que celui où le puntillero plantera sa puntilla.

Après l’estocade (et éventuellement après le descabello), le coup de grâce est donné par l’un des peones (appelé puntillero) à l’aide d’une puntilla, poignard à lame courte et large, plantée entre la base du crâne et le début de la colonne vertébrale, afin de détruire le cervelet et le début de la moelle épinière.

 

Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article

commentaires