Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 16:37
photos Corrida de Céret
Photos corrida de céret
Photos Corrida de Céret
Photos corrida de Céret
Photos corrida de Céret
Photos corrida de Céret
Photos corrida de Céret
Photos corrida Céret
Photos corrida de Céret
Photos Corrida de Céret
Photos Corrida de Céret
Photos Corrida de Céret
Photos corrida Céret
Photos Corrida Céret
Photos corrida Céret
Photos corrida Céret
Photos Corrida Céret
Photos Corrida Céret
images photographies photos art corrida de céret 14 juillet 2008 66 400
Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 12:05

La faena de muleta est le travail à pied du matador à l'aide d'un leurre en tissu rouge, la muleta. La faena de muleta prépare le taureau à la mort.

À l’origine, la faena de muleta se limitait à quatre ou cinq passes ; aujourd’hui, le matador qui en ferait si peu déclencherait une énorme bronca. Tout comme celles de capote, les passes de muleta sont innombrables. Les principales sont les suivantes :

    * La « naturelle » (espagnol : natural). La muleta est tenue dans la main gauche, le taureau chargeant depuis la droite du matador.
    * La « passe de poitrine » (espagnol : pase de pecho ou tout simplement pecho). La muleta est tenue dans la main gauche, le taureau chargeant depuis la gauche du matador.
    * Le « derechazo » (mot espagnol signifiant « de la droite »). La muleta est tenue dans la main droite et agrandie à l’aide de l’épée tenue elle aussi dans la main droite, le taureau arrivant de la gauche du matador. C’est donc, en quelque sorte, une « naturelle à l’envers ».
    * La « passe de poitrine de la droite ». De même que le derechazo est une « naturelle à l’envers », la passe de poitrine de la droite est une « passe de poitrine à l’envers ».
    * Les « passes aidées ». La muleta tenue dans la main gauche est soutenue et agrandie à l’aide de l’épée tenue dans la main droite. L’exécution se rapproche de celle de la naturelle ; on peut également faire des passes de poitrine aidées.
    * Plus encore d’autres : la bandera (« drapeau »), le molinete (« moulinet »), l’« orticina » (inventée par Pepe Ortiz), la « manoletina » (attribuée à « Manolete »), etc.

Ce tercio se termine par l’estocade à l’aide de l'épée.

Parfois, après l’estocade, le taureau tarde à s’écrouler. Le matador doit alors descabellar : il plante une épée spéciale (verdugo) entre la base du crâne et le début de la colonne vertébrale, au même endroit que celui où le puntillero plantera sa puntilla.

Après l’estocade (et éventuellement après le descabello), le coup de grâce est donné par l’un des peones (appelé puntillero) à l’aide d’une puntilla, poignard à lame courte et large, plantée entre la base du crâne et le début de la colonne vertébrale, afin de détruire le cervelet et le début de la moelle épinière.

 

Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 11:41

Le deuxième tercio consiste à poser les banderilles (espagnol : banderillas), bâtons d'environ 80 cm de long, terminés par un harpon de 4cm de long et recouverts de papier de couleur.
Les banderilles sont généralement posées par les peones , mais certains matadors les posent eux-mêmes.
En principe, il est posé trois paires de banderilles. Toutefois, le président de la course peut décider d’en réduire le nombre ; le matador peut demander au président l’autorisation que soit posée une quatrième.
Dans le cas d'un taureau franchement "manso" (sans bravoure), en particulier un taureau qui a refusé toutes les piques et a fui les appels faits à la cape, le président peut décider de lui faire poser des banderilles noires, dont le harpon est légèrement plus long et qui sont une marque "d'infamie".

Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
photos tauromachie corrida de ceret 2008 céret espla
Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 10:47

Après la sortie du taureau, le matador, et ses peones effectuent des passes de capote, pièce de toile généralement de couleur lie de vin à l’extérieur et jaune à l’intérieur, qui sert de leurre. Ces premières passes de capote permettent au matador d’évaluer le comportement du taureau.
Pour aider leur matador à évaluer le comportement du taureau, les peones appellent celui-ci à tour de rôle et l’attirent vers les différents points de l’arène, l’incitant à aller au bout de sa charge. Puis le matador effectue lui-même quelques passes de capote afin de compléter son étude du taureau.
Il existe une multitude de passes de capote. La plus fréquente, la plus simple et généralement considérée comme la plus belle, est la véronique (espagnol : veronica) dans laquelle le torero présente le capote tenu à deux mains, face au taureau, en faisant un geste similaire à celui que, selon l’imagerie traditionnelle, fit sainte Véronique en essuyant le visage du Christ en route pour le Calvaire. Il existe également la demi-véronique (espagnol : media-veronica) inventée par Juan Belmonte (qui prétendit un jour l’avoir créée « car j’avais la flemme de faire l’autre moitié »), la chicuelina (inventée par « Chicuelo »), la gaonera (inventée par Rodolfo Gaona), la mariposa (« papillon »).
Autrefois, le picador était le principal héros de la corrida, le plus attendu des toreros ; les toreros à pied n’étaient que ses aides. Ce n’est que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle qu’il a commencé à perdre sa suprématie, pour devenir au milieu du XIXe un subalterne du matador.
Le rôle du picador est de tester la bravoure du taureau à l'aide de sa pique, lance en bois de hêtre de 2,60 mètres de long terminée par une pointe d’acier : la puya.
En principe, il est appliqué deux piques minimum (il n’y a pas de maximum), mais en cas de taureau faible, le président peut réduire ce nombre à une seule. Lorsque par chance, le taureau fait preuve d’une bravoure exceptionnelle, une pique supplémentaire est parfois donnée avec le regatón : le picador prend sa pique à l’envers, et « pique » avec l’extrémité du manche, le regatón, et non avec la puya.

Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
photos de céret corrida féria images tauromachie ADAC 66400 66
Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 10:27
Pour vous mettre dans l'ambiance 

Découvrez Aupa BO 2!

 

Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Corrida de Céret
Photos de la corrida de Céret 2008 féria bodéga 66
Repost 0
Published by Nicolas Dunyach - dans Corrida
commenter cet article